NETTOYAGE DES MÉMOIRES PSYCHOSOMATIQUES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Spiritualité

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 22 avril 2016

Les quatre vertus incommensurables

ob_d1aa2f_55.jpg Les quatre vertus incommensurables sont l'amour, la compassion, la joie et l'équanimité.

En pratique

L'équanimité : Signifie d'une part renoncer à avoir de la haine pour ses ennemis et un attachement passionné envers ses amis; d'autre part avoir une attitude égale envers tous les êtres, sans attachement partial pour ses proches ni haine envers ses ennemis.

Commençons par nous entraîner de multiples manières à ne plus éprouver de haine ou de colère envers ceux qui nous déplaisent profondément et suscitent ces émotions. Considérons les de façon neutre, comme ceux qui nous font ni bien ni mal.

Ensuite, pensons que parmi ces gens neutres, d'innombrables furent nos pères et mères au long de nos existences sans commencement, et entraînons nous jusqu'à ce que nous ressentions envers eux le même amour que pour nos parents actuels.

Enfin, considérons avec une grande et égale compassion tous les êtres qui peuplent l'univers jusqu'aux confins de l'espace.

Lire la suite...

L'art de se guérir

shutterstock_260280131-600x600.jpg S’arrêter, condition première de la guérison

Vous avez déjà fait l’expérience d’une très grande souffrance - il vous est arrivé quelque chose et vous avez cru que vous n’y survivrez pas. Comment supporter une aussi mauvaise nouvelle, une telle douleur ? Pourtant vous avez survécu. Vous avez traversé cette période et vous avez prouvé que vous pouviez supporter ce degré de souffrance. Cela montre que votre conscience sait comment survivre. Vous vous dites : « Le temps guérit ». Mais le temps, à lui seul, ne peut guérir votre souffrance. Ce n’est pas l’habitude de la souffrance qui guérit. Non. C’est votre conscience qui sait comment se soigner. Vous devez lui faire confiance parce que, dans votre conscience, il y a le Bouddha, il y a le siège de l’amour, la compréhension. Si vous leur permettez de se manifester, votre conscience pourra se soigner.

Or qu’en est-il de votre conscience, votre esprit ? Quelle pratique faire ou ne pas faire, afin que conscience et esprit puissent se reposer ? Nous ne devrions pas perdre notre temps à entretenir des idées, même de merveilleuses idées, à propos de l’Eveil, le nirvana, l’état de Bouddha, ce genre de choses. Nous devrions nous en tenir à la réalité, les os de la pratique.

Par quoi commencer ? Par samatha. Samatha c’est simplement s’arrêter. Debout devant un jeune arbre, vous regardez ce jeune arbre. Vous vous tenez devant l’arbre et faites en sorte de vous arrêter. Vous inspirez et expirez de manière à cesser totalement de courir dans votre esprit et votre corps.

Lire la suite...